Message des enseignants du Lycée Jean Moulin de Béziers

Bonjour Notre collègue du lycée Jean-Moulins à Béziers qui s'est immolée est décédée. Nous sommes tous bouleversés voire traumatisés. Nous sommes en AG depuis 2 jours et avons refusé d'accueillir les élèves en classe, et décidé une grève illimitée jusqu'à ce que les responsabilités soient établies.

*Voici notre programme :* *Lundi 17*, matin 8h AG, après-midi marche blanche silencieuse avec un bandeau noir à Béziers *Mardi matin AG*, 14H départ pour une manifestation académique au rectorat de Montpellier * Mercredi 19 :* obsèques ? *Jeudi 10h**débrayage, commémoration de ce drame **dans tous les établissements de France.** *** *Nous souhaitons une mobilisation générale pour que la souffrance au travail cesse et que de tels drames ne se renouvellent plus*. *PS : Lise à dit en s'enflammant : "je le fais pour Vous"* *Luc Chatel a menti*, elle n'était pas suivie médicalement, ni fragile, mais consciencieuse, compétente, aimant son travail et courageuse. Nous comptons sur Vous tous. Merci de diffuser ce mail à toutes vos connaissances afin d'alerter l'opinion, pour que l'éducation nationale ne devienne pas France-telecom...

Merci /F PERU / /Lycée Jean-Moulin- Béziers/

http://www.midilibre.fr/2011/10/14/beziers-l-enseignante-qui-s-etait-immolee-par-le-feu-est-decedee,402372.php

<http://www.midilibre.fr/2011/10/14/beziers-l-enseignante-qui-s-etait-immolee-par-le-feu-est-decedee%2c402372.php>

<http://www.midilibre.fr/2011/10/14/beziers-l-enseignante-qui-s-etait-immolee-par-le-feu-est-decedee%2c402372.php>

------------------------------------------------------------------------

* **Pour la défense des personnels confrontés aux risques psycho-sociaux *(*collectif d'enseignants toulousains)* D'année en année, la situation des publics scolaires et des personnels s'aggrave, donnant lieu désormais à des faits dramatiques: tentatives de meurtre, suicides... Cette crise, alimentée par un dispositif de réformes destructrices et par la montée réactionnelle des violences au niveau des publics, est accentuée par les états de fait suivants: Pas *d'évaluation ministérielle* de la souffrance au travail (à la différence de l'entreprise France Télécom, par exemple) Comportement aléatoire des *personnels d'encadrement*, qui peuvent soutenir le/la collègue en difficulté ou l'incriminer pour des manquements en matière d'autorité Pas de prise en compte de la *féminisation* de la corporation comme facteur de vulnérabilité psycho-sociale *Isolement*des personnels mis en difficulté: pas de prise en charge par la MAIF-Autonome de solidarité de la grande majorité des cas de violence (seuls sont pris en compte les faits passibles de peines, par exemple sous forme de violence physique); prise en compte insuffisante de cette problématique par les syndicats *Récupération *de ce déficit par SOS Education, association proche de l'extrême-droite. ** *La défense syndicale des personnels en difficulté passe entre autres par la réalisation des objectifs suivants :* *Accueil et écoute* des personnels; conseil sur les démarches administratives, médicales, juridiques...à mener *Défense *des personnels auprès des autorités administratives: suivi de leur carrière, souvent bloquée de ce fait (phénomène de la «double peine») Constitution et large diffusion de *statistiques* sur l'évolution du phénomène * **Interpellation*régulière des *pouvoirs publics*, dans le sens du strict respect des prérogatives et de l'autorité des personnels enseignants et d'éducation, de l'application à l'Education nationale des procédures concernant la souffrance au travail dans les entreprises (France Télécom...) et de la promotion d'une politique éducative active en matière de citoyenneté et de parité. ------------------------------------------------------------------------ P*rofesseur : la profession la plus exposée au suicide...**(par SUD-Education) * Face au malaise grandissant chez les enseignants, le syndicat Sud-Education 29 va mener une enquête en partenariat avec l’UBO pour « ouvrir la parole » dans l’Éducation nationale. Les profs sont les plus exposés au suicide, 39 pour 100.000 », assure Olivier Cuzon, de Sud-Education 29, qui se base sur une étude de l’Inserm. Des suicides qui font moins de bruit qu’à France Télécom, d’autant que perdure le cliché du prof heureux, toujours en vacances. « En l’absence de lieu de parole dans l’Éducation nationale, nous avons organisé des rencontres tout au long de l’année avec Cyril Labous, psychologue au CHU de Brest. Le compte rendu est édifiant », s’inquiète Sébastien Menes. Et le syndicaliste de poursuivre en dénonçant *« l’accroissement du surmenage, de la charge de travail, de la paperasserie, des successions de réformes, des classes surchargées ».* Bref, une accumulation de contraintes, « sans compter les suppressions de postes », qui fragilise les enseignants. *« Ce ne sont pas les enseignants qui sont fragiles mais l’organisation,***de plus en plus calquée sur celle des entreprises, qui les rend malades », rectifie Géraldine Lebagousse. *« Quand les profs osent enfin exposer leurs problèmes, la hiérarchie leur reproche de manquer d’autorité**.*Et, de plus en plus, les licencie pour "insuffisance professionnelle". Ils ont le sentiment qu’on leur fait porter la responsabilité de l’échec scolaire », déplore Michel Boury.

Source = http://www.gauchemip.org/spip.php?article10933