Augmenter le pouvoir d'achat

Au lieu de vouloir forcer nos entreprises à verser aux salariés des primes en fonction des dividendes; ce qui conduit à diminuer leur liberté et leur compétitivité, mieux vaudrait réduire nos dépenses publiques.

Chaque contribuable a reçu, fin avril, une lettre de François Baroin prétendant que « la maîtrise de nos comptes public s’est encore renforcée. » Or, les chiffres qu’il fournit à la droite de sa lettre prouvent exactement le contraire.

Déficit 2011                  : 91,6 milliards

intérêts à payer          : 45,4 milliards

Total                               : 137 milliards

La dette est donc, de loin, le premier poste de dépenses publiques.

Viennent ensuite :

Enseignement et recherche : 87 milliards

Collectivités territoriales      : 58 milliards

Où est donc la « maîtrise des dépenses publique » annoncée par M. Baroin ?

Cette  information est à lire sur le site Le cri du contribuable